Existence Amère

21 mars, 2011

grande décision…effroyable désillusion.

Classé sous textes — the dark side @ 22:04

Ils étaient là, enlacés, nus sous les draps pendant que la pluie battait à la fenêtre, ils se regardaient comme si c’était la première fois qu’il venaient de faire l’amour et pourtant, c’était loin d’être le cas … Mais, cette fois ci c’était différent, ils venaient sans doute de concevoir un enfant, mais seule l’alcôve abrité ce secret.

Les jours passent et se ressemble, ils guettent avec espoir, chaque signe qui pourrait leur indiquer qu’il est bien là, entrain de s’installer confortablement….

Aprés quelques semaines, toujours rien! l’espoir se transforme alors en une attente interminable, qui occupe  toutes leurs pensées.

 leur désir est tel, qu’ils ne font plus l’amour mais ils  »procréer »…

Aprés plus de 7 mois, le moment est enfin arrivé ! Elle a plus de 15 jours de retard, ne supporte plus l’odeur des oignons, vomit aprés chaque repas et son ventre s’arrondi de plus en plus ….On peut désormais voir dans  leurs yeux, la joie d’avoir enfin réussi.

 Premier rendez-vous pour confirmer leur intuition, le gynécologue allume l’appareil pendant qu’ils se tiennent la main, croisant les doigts de l’autre…

« Voilà, vous voyez ici nous pouvons voir le sac utérin, et là ce que vous voyez bouger…c’est le coeur de votre bébé, mes félicitations, vous allez être parents! »

Des larmes de joie emplissent leurs yeux. Il se penche alors  sur elle pour lui déposer un doux baiser sur le front, en lui murmurant un « je t’aime » des plus sincère.

Depuis la confirmation de cette merveilleuse nouvelle, ils passent leur temps au téléphone, afin d’annoncer que bientôt, un ravissant petit elfe va venir aggrandir la famille, et que se seras sans doute le plus beau bébé du monde.

Il se demande réguliérement, ce qu’il va bien pouvoir améliorer dans la maison pour qu’elle devienne plus pratique et surtout plus rangé. Il se dit qu’il va virer sa console et  ranger ses fringues, qu’il a souvent tendance à laisser trainer, surtout en rentrant d’un concert.

Elle regarde avec tendresse les femmes au  ventre rond, qu’elle peut croiser dans la rue, leur adresse souvent un sourir qui signifie qu’elle aussi elle attend un heureux évènement. Elle s’attardent sur les vitrines des magasins de bébé et a décider de troquer ces magazines de potins habituels, contre ceux qui apprenent  à bien vivre sa grossesse et à devenir une mére à l’écoute de son enfant.

Bientôt la fin du troisième mois , elle se dit que dans quelques temps elle va commencé à le sentir bouger….

« Oulalala quelle matinée au boulot! Heureusement, bientôt c’est la pause et je rentre faire à manger à mon homme, avant de  dévorer mon assiette de pattes que j’ai la chance de digérer depuis peu…hummm que c’est bon de rentrer dans le  deuxième trimestre, les nausées ont enfin disparues ! »

Allez hop midi! elle enfourne son télèphone dans son sac et rentre chez elle. L’ascenseur se fait encore attendre,zut!  A croire qu’il le fait exprés et qu’il devine que sa vessie crie à l’aide. A peine arrivée, elle claque la porte et se dirrige en courant dans les toilettes. Elle pousse un soupir de soulagement, prend du papier et s’essuit….A ce moment précis, elle est prise de panique….Le papier est recouvert de sang, et l’eau des wc est rouge.

Tout se bouscule dans sa tête, « Putain, merde qu’est ce qui se passe, pourquoi je saigne? J’ai pas mal pourtant? Mon dieu, le bébé!! merde le bébé!!!! »

elle se précipite sur son téléphone mais avant, elle tente de se calmer, et de rassembler ses esprits. Péniblement, elle essaye de respirer  comme lui a montrer une sophrologue qu’elle a croisée lors d’un rendez vous au travail… Elle compose fébrilement le numéro de son chéri et essaye de lui expliquer la situation sans  bégéyer.

  »Ouais, c’est moi, rentre vite steup. Non non, je pleure pas. …Mais non puisque je te dis que je pleure pas! Bon dépéche toi, y a un putain de bléme là !…quoi? les bouchons?! ben tu bouges c’est tout! Bordel! je te dis qu’il y a un gros souci avec le bébé! c’est sérieux!!! »

Il arrive enfin, aprés 20 minutes d’un  trajet angoissant. Pas le temps d’attendre ce vieil ascenseur, il fonce dans les escaliers et monte les marches 4 à 4. Essouflé et angoissé par ce qu’il risque d’ entendre, il ouvre la porte et la trouve assise sur le canapé, les yeux rougies par les larmes. PLus de temps à perdre, il la prend par la main et lui dit que tout va bien se passer et qu’il va la conduire à l’hôpital où un bon médecin va les recevoir et lui faire passer une échographie.

40 minutes, 40 effroyables minutes, pendant lesquelles ils s’ imaginent le pire. Assis au service obstétrique d’urgence, le regard dans le vide, la gorge serrée, ils  attendent qu’un gynécologue de garde se libère.

Ha, il arrive! aprés un bref résumé de la situation, il allume l’appareil, pendant qu’ils se tiennent la main, et croisent les doigts de l’autre…..

« voyons, voir…le sac utérin, ces jambes, ces bras…Ha! oui! Je vois, son coeur…il ne bat plus. Désolé, votre bébé est mort, vous pouvez vous rhabiller madame. »

En un instant, leur vie bascule, ce qui devait être la plus grande joie de leur vie s’est transformé en un cauchemar épouventable. Elle ne porte plus la vie…. mais un enfant mort.

Impressions

Classé sous textes — the dark side @ 12:27

Ne plus savoir qui ont est, ne plus savoir ce qu’on recherche, ce que l’ont attend de la vie…marcher vite pour éviter les regards, de peur d’être vue, d’être percé à jour. S’assoir sur un banc, sortir une clope et regarder passer les gens dans la rue, les trouver beaux et s’imaginer qu’ils ne se posent pas toutes ces questions, se dire que leur âme n’est pas tourmenter par toutes ces idées qui fusent dans ma tête.
Putain que c’est dure d’exister!!!! Etre cohérent avec ses convictions, ses valeurs, ses attentes toute en évoluant dans une société qui ne vous convient pas….
J’aimerais tellement être l’idiot du village, me poser moins de questions, n’avoir pour seules préoccupation de me nourrir et dormir.
J’aimerais avoir un corps standard, des pensées standards, une vie standard, vivre à la Truman show…se serais tellement plus simple.
Certains diront que j’ai tort de parler ainsi, que la vie serait moins marrante et qu’il faut de tout pour faire un monde. Moi a ce moment précis j’ai envie de leur dire:
« Ok pas de soucis, alors prends ma souffrance! Tu verra si c’est marrant de galérer pour tout! D’avoir l’impression de se batte du matin au soir, de marcher a contre sens, face a des bourrasques de vent glacial! »
De l’extérieur je dois paraître juste un peu originale et quand je discute un peu plus avec les gens et que je  leur dit que je ressent un profond mal être, ils me disent en ricanant « Mais pourquoi? t’as rien! t’as tes deux bras, tes deux jambes, t’es pas dans un fauteuil, franchement tu a tort de te plaindre! »
A croire qu’il n’y a que le handicap physique qui fait souffrir! Pauvres cons vas! ont-ils imaginaient un seul instant que l’on peut être prisonniers de l’intérieur, être véritablement « otage de sa tête » comme le dit Camille, penser que sa seule maladie c’est de vivre tout simplement. Penser à prendre ces anti- dépresseurs qui sont nos meilleurs amis depuis l’âge de 14 piges, depuis que ce putain de mal de vivre, ces tocs de superstitions, et ses cauchemars ont envahit notre vie.
Je suis aussi tourmenter que les vraie âmes romantiques du siècle dernier, mais la plupart avaient un talent, ils écrivaient des textes sublimes, peignaient des toiles insensées, avaient un don qui rendaient leur vie exceptionnel malgré tout. Moi, le seul don que j’ai, c’est la compréhension…Waouh formidable, tu vas allez loin ma fille! »

Régulièrement j’ai l’impression qu’on est deux dans ma tête, deux personnes antithétiques qui combattent pour avoir le dessus.
L’une, monterait à Paris, écumerait les bars de St Germains, fréquenterait le milieu artistique en s’enivrant des pensées de chacun, flânerais dans les expos, dévorerais des films, boufferais de la culture à tous les repas, accompagner d’une bonne bouteille de vin. Le corps sublimé de tatouages haut en couleur, ne s’habillerais qu’en pin up contemporaine avec un tempérament volubile et extravertie qui faciliterait le contact. Elle draguerais, ramènerais régulièrement des conquêtes dans son boudoir et offrirais son corps sans avoir le soucis des sentiments.
L’autre, habiterais un pavillon en Province, serais une bonne épouse, une mère patiente et disponible qui s’éclaterait en jouant à des jeux de société le vendredi et irais marcher en forêt le weekend. Elle cuisinerait de bons repas pour sa petite famille dés 18h, et n‘aurait d‘yeux que pour son cher et tendre même si leur vie sexuelle serait devenue quelques peu ennuyeuse avec les années. Debout avant tout le monde elle préparer un pti’ déj équilibrer, vous savez comme dans la pub « Un grand verre de lait , un verre de jus d’orange et deux tartines de pâtes à tartiner »…bien sûr les tartines serait parfaites!!

Mon dieu! Mais laquelle suis-je véritablement? Je n’ai pas encore trouver d’équilibre entre ces deux façon de vivre…alors je vis périodiquement, sans jamais me sentir véritablement moi.

histoire de mes histoires |
FAMILLE de LUMIERE de Franc... |
My head |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Douces sensations d'un jour...
| Il était une fois
| Y'a quoi dans ma tête ?